2018

décembre

22 décembre 2018Messe, un jour ordinaireGennevilliers - Salle des fêtes
Messe d’un jour ordinaire s’articule principalement autour de deux textes : celui du rituel de la messe et de la parole dérisoire de Laurence, jeune femme à la dérive, toxicomane ordinaire, aujourd’hui disparue et tirée d’un document filmé de Jean-Michel Carré, « Galère de femmes ». Elle met ainsi en présence une parole collective – parole véhémente, fracassante, sûre de son ordre – et une parole individuelle, modeste, minime, humaine et négligeable.
2019

avril

20 avril 2019Je vois le feuGennevilliers - Auditorium du Conservatoire Edgar-Varèse
Ca se passe dans une tête. Les pensées sont disposées dans des chambres, qui s’ouvrent et se ferment. Des récits commencent, des visions et des scènes s’entrechoquent, se mélangent, jusqu’à la folie. Il y a l’obsession pour le visage du colonel Kurz dans Apocalypse now. Il y a une errance dans Berlin en hiver. Il y a une lézarde le long d’un mur qui aspire les esprits. Il y a des mâchoires, des nuits blanches, le couteau d’Abraham sur la nuque d’Isaac. Il y a une biche qui traverse l’au
19 avril 2019Je vois le feuGennevilliers - Médiatheque François Rabelais
19h Ca se passe dans une tête. Les pensées sont disposées dans des chambres, qui s’ouvrent et se ferment. Des récits commencent, des visions et des scènes s’entrechoquent, se mélangent, jusqu’à la folie. Il y a l’obsession pour le visage du colonel Kurz dans Apocalypse now. Il y a une errance dans Berlin en hiver. Il y a une lézarde le long d’un mur qui aspire les esprits. Il y a des mâchoires, des nuits blanches, le couteau d’Abraham sur la nuque d’Isaac.